“Crise noire” pour le monde du chocolat

En 2024, pour de nombreux clients, la “surprise” de Pâques a été le coût – nettement augmenté – des œufs en chocolat.

Il suffisait de faire un tour dans les rayons du supermarché pour remarquer la différence par rapport aux années précédentes.

Mais cette tendance ne vient évidemment pas du désir soudain des chocolatiers de “s’enrichir” aux dépens des consommateurs pendant une fête où l’œuf est le produit phare, indispensable pour de nombreuses familles.

Bien au contraire : à la base de ce phénomène soudain se trouve une explication purement logistique.

COÛTS AU SOMMET

Tout simplement, au cours des derniers mois, le coût en gros des fournitures de cacao – ingrédient essentiel pour fabriquer le chocolat – a littéralement explosé.

Il n’y a pas d’autre moyen de décrire une augmentation de 400 %, qui a porté cette matière première indispensable à des chiffres “record”, jamais vus auparavant.

Pour mettre la situation en perspective, il suffit de dire qu’à l’heure actuelle, une tonne de cacao coûte plus de 10 000 dollars sur le marché – contre environ 2 000 dollars en temps normal.

Ces coûts sont inévitablement “répartis” sur toute la chaîne d’approvisionnement jusqu’au produit final – et dans les poches des clients.

Mais comment en est-on arrivé à une telle situation pour un bien “simple” que nous avons tous tendance à considérer comme acquis ?

EXPORTATIONS EN CRISE

Le gros problème est que la matière première, le cacao, est principalement exportée par deux pays : le Ghana et la Côte d’Ivoire sont en effet responsables d’environ 60 % des approvisionnements mondiaux en cacao.

Mais pour une série de circonstances exceptionnelles, ces deux pays ont récemment connu des productions fortement limitées : aux conditions météorologiques défavorables de cette année s’ajoutent en effet une série de maladies des plantes qui ont dévasté les cultures et donc influencé très lourdement les récoltes.

Aux premiers signes de pénurie, les fabricants de chocolat se sont évidemment précipités pour se procurer la petite quantité de matières premières disponible, garantissant ainsi la continuité de la production.

Et cela a entraîné une augmentation des prix, conformément aux lois immuables de l’offre et de la demande.

Mais ce qui a encore aggravé la situation, c’est la spéculation de la part d’acteurs économiques qui achètent des matières premières non pas pour des besoins de production, mais simplement pour les revendre ultérieurement à un prix plus élevé.

Le résultat est celui que nous voyons : selon les analystes, il s’agit de la “plus grande pénurie de cacao des 60 dernières années, avec un déficit de plus de 370 000 tonnes pour seule l’année 2024.

PROBLÈMES DES ENTREPRISES

Cette conjoncture particulière a perturbé l’ensemble de l’industrie chocolatière, au point d’influer lourdement sur les activités des principales entreprises impliquées.

Par exemple, les actions de Hershey et Nestlé (deux des plus grands géants mondiaux du chocolat) ont chuté respectivement de 22 % et de 13 % au cours des derniers mois.

Cette année, les fabricants ont cherché à atténuer autant que possible la crise du marché.

Par exemple, certains ont choisi de réduire la taille de leurs œufs pour proposer un prix au client qui ne soit pas “exorbitant”.

C’est ce que les anglophones appellent le “shrinkflation”, c’est-à-dire l’union entre “shrink” (rétrécir) et “inflation” (inflation). Lorsqu’un produit, en même temps, augmente en coût et diminue en quantité.

Mais il s’agit évidemment d’une solution insuffisante et temporaire à un problème qui risque de prendre des proportions structurelles.

Si les maladies des plantes peuvent être un phénomène qui ne se reproduira peut-être pas d’une année à l’autre, les conditions climatiques des pays producteurs semblent traverser une phase de mutation à long terme – tout comme le reste de la planète – qui risque de mettre en péril les cultures également pour les années à venir.

SÉCURITÉ DANS LA CHAÎNE D’APPROVISIONNEMENT

C’est une fois de plus la démonstration que qu’un seul imprévu dans la chaîne d’approvisionnement mondiale peut “bloquer” les rouages d’un mécanisme absolument fondamental pour le bien-être et la sécurité même de nos entreprises.

C’est pourquoi “sécuriser” la chaîne d’approvisionnement est aujourd’hui l’une des premières missions stratégiques de toute entreprise qui souhaite garantir la continuité opérationnelle face aux “secousses” mondiales qui, malheureusement, se présentent régulièrement, comme nous l’avons vu avec abondance d’exemples ces dernières années.

C’est pourquoi chez Logistics4You, nous offrons aux entreprises un service d’expédition d’excellence : pour garantir à quiconque en a besoin la sécurité maximale de pouvoir expédier et livrer ses marchandises dans toute l’Europe en 24 heures.

Assurer la sécurité et la constance des approvisionnements – même en présence de conditions difficiles ou “d’urgences” – est une tâche fondamentale : en effet, lorsque cette sécurité fait défaut, les effets se font sentir et font les gros titres, comme le fait actuellement la “crise” du chocolat.

À tout moment et pour quelque raison que ce soit, si votre entreprise a besoin d’une expédition professionnelle ultra-rapide et garantie, Logistics4You est le meilleur partenaire stratégique que vous puissiez contacter à tout moment : 24 heures sur 24 et 365 jours par an.

Pour plus d’informations ou pour demander une expédition express ou dédiée, cliquez ici.

Suivez-nous sur Linkedin !